Catastrophes naturelles en 2014 : la France particulièrement touchée

Inondation d'un village

Si les assureurs des autres pays peuvent se réjouir d’une facture moins importante qu’en 2013, pour les assurances françaises, la note est particulièrement salée, avec une augmentation de 20%. Une mauvaise nouvelle pour les particuliers qui vont devoir subir une hausse des tarifs en 2015 pour compenser cette perte.

Des catastrophes moins coûteuses au niveau mondial

Selon une première estimation du réassureur helvétique Swiss Re, publiée en décembre 2014 dans son étude Sigma, les catastrophes, quelles soient naturelles ou dûes à l’homme, les pertes économiques mondiales s’élèvent à 113 milliards de dollars pour l’année 2014, contre 135 milliards pour l’année 2013. Sur cette somme de 113 milliards de dollars, les compagnies d’assurance ont pris en charge 34 milliards de dollars, soit une baisse de 34% par rapport à 2013. L’étude Sigma s’appuie sur les données collectées sur la période du 1er janvier au 28 novembre 2014. Swiss Re estime que ce montant global de 113 milliards de dollars se situe en-dessous de la moyenne de la dernière décennie, celle-ci étant estimée à 188 milliards de dollars. Ce recul s’explique notamment par des ouragans moins violents cette saison aux Etats-Unis.

La France, pays le plus touché en Europe

A l’inverse de la tendance mondiale, la France enregistre un coût des intempéries en hausse de 20% par rapport à 2013. En effet, en 2014 la France a subi pas moins de 16 tempêtes, contre une moyenne de 3 ou 4 habituellement. Les départements du Gard, de l’Hérault, du Var, de l’Aude et des Pyrénées Orientales ont étés mis à mal. Des évènements climatiques particulièrement violents, qui en plus de dégâts ont provoqué une vingtaine de morts. Dans ce contexte, les assureurs ont d’ores et déjà annoncé une hausse significative de leurs tarifs, de 2 à 3% pour les assurances santé et jusqu’à 5% pour les assurances habitation.